Les avertissements de la Coordination Rurale 47


"A l'automne le temps d'une agriculture meilleure ou celui du chaos"


La Coordination rurale 47 et la chambre d'agriculture de Lot-et-Garonne viennent d'adresser une lettre à Gabriel Attal. On y lit notamment:
"Lors de votre venue, de nouvelles dispositions bancaires avaient été annoncées pour aider les agriculteurs les plus en difficultés, or aujourd’hui nos banques nous indiquent ne pas avoir reçu de directives !
La loi EGALIM, que vous avancez sans cesse comme LA solution, n’en est pas une puisque la crise s’est empirée. Force est de constater qu’intermédiaires et distributeurs contournent sans cesse cette loi, et appliquent des marges abusives, toujours au détriment de l’agriculteur et du consommateur.
En ce qui concerne la PAC, ses retards de paiements, rajoutent des difficultés financières aux agriculteurs, ses contraintes environnementales, coûtent toujours plus cher aux agriculteurs et ses obligations de jachère (....)

"Le coeur de la crise agricole, nous vous le rappelons est le revenu des agriculteurs.

"Compte tenu de ce constat, nous vous avons donc demandé, la création d’un statut particulier de l’agriculteur afin de le protéger, en lui assurant des revenus dignes et, par là même, de protéger la souveraineté alimentaire de notre pays en pérennisant la profession agricole.
Ce statut particulier serait la possibilité pour ses membres de bénéficier de boucliers énergétiques sociaux et fiscaux.
- Les prix des énergies doivent être baissés, bloqués et ne pas suivre l’inflation française qui est trop importante par rapport aux prix auxquels les productions françaises sont achetées,
- Les coûts sociaux doivent être minorés, que ce soit pour le coût de la main d’oeuvre ou pour les cotisations personnelles des agriculteurs,
- Le volet fiscal doit lui aussi être revu à la baisse concernant par exemple les taxes foncières dont la baisse doit être plus importante que celle des 20 à 30% annoncée. Les droits de successions doivent eux aussi être diminués et la taxe sur les produits phytopharmaceutiques doit, quant à elle, être supprimée.

Si vous souhaitez sauvegarder l’agriculture française, et lui donner un avenir, vous devez vous assurer que celle-ci reste compétitive au niveau mondial, en baissant ses charges au niveau national, niveau sur lequel vous avez la main. Ces baisses de charges créeront automatiquement du revenu pour l’agriculteur. Et vous n’y parviendrez qu’au travers de mesures protectionnistes.
Arrêtez avec les annonces médiatiques, prenez des mesures très concrètes et fortes, c’est-à-dire des mesures qui changeront réellement le revenu des agriculteurs et leur quotidien !
Faut-il en venir à menacer le bon déroulement des jeux olympiques, à l’image des agents de la RATP ou de la SNCF, pour être entendus et pour que vous réagissiez ?
Les paysans sont, aujourd’hui, dans leur campagne de production et ont la tête dans le guidon.
Nous vous rappelons, ici, que lorsqu’ils relèveront la tête de leur dur labeur, à l’automne, les agriculteurs feront les comptes. S’ils constatent que leur situation économique ne s’est pas améliorée, et il ne pourra pas en être autrement si vous ne réagissez pas, vous recevrez alors leur colère.
Colère à la hauteur de ce que vous aurez semé : mesurettes et mépris !
N’ayons pas peur des mots cet automne sera le temps d’une agriculture meilleure ou celui du chaos ! "
A propos du Bio:
Cri d'alarme également de la CR47 dans un autre communiqué:

"Les produits bio ont vu leur prix de vente baisser pour le producteur, et uniquement pour lui. Les difficultés de production sont accrues, conséquence de la baisse des solutions phytopharmaceutiques, en agriculture conventionnelle comme en agriculture biologique, et aux aléas climatiques cumulés.
De surcroît, les montants compensatoires de la PAC 2023 ne sont pas versés ! 70% des exploitations n’ont pas perçu leurs primes Bio et aucun délai n’est annoncé !
Et en même temps, la LOA (Loi d’Orientation Agricole) votée hier à l’Assemblée Nationale dit que « l’Etat se donne comme objectif que la surface agricole utile cultivée en agriculture biologique atteigne 21% en 2030 » soit le doublement des surfaces !
Le constat est sans appel :
Pas de prix, pas de prime, dans les faits, l’Etat abandonne ses agriculteurs bio.
Trop, c’est trop ! Nous sommes tous à bout ! Un sursaut, des solutions urgentes ou le chaos !"

Jeudi 30 Mai 2024

Lu 120 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Vendredi 14 Juin 2024 - 19:18 La FNSEA donne des idées aux candidats

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune | Brèves 2





ET AUSSI...


Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile