Trois départements demandent des états généraux des Landes de Gascogne



Quel avenir pour la forêt landaise? (ph INRA Aquitaine)
Quel avenir pour la forêt landaise? (ph INRA Aquitaine)
Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde et du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS33), Sophie Borderie, présidente du département du Lot et Garonne et du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS47) et Xavier Fortinon, président du département des Landes, demandent à Fabienne Buccio, préfète de la Région Nouvelle-Aquitaine de réunir les « Etats généraux du massif des Landes de Gascogne » dès l’automne.
Dans leur lettre ouverte à la préfète ils écrivent notamment:

"Alors que les deux terribles incendies qui balafrent désormais le littoral girondin et la forêt des Landes de Gascogne viennent à peine d’être fixés, ils ont d’ores et déjà marqué l’histoire de la protection civile dans notre pays. Il y aura désormais un « avant » et un « après ».

Ces feux génèrent dès à présent des questions, qui nous sont formulées par celles et ceux qui les ont subis, mais aussi plus généralement par les habitants du massif. Ils nous obligeront, une fois que les cendres seront refroidies, à nous les poser collectivement, à y apporter les éléments de réponses, ainsi que les solutions qui devront être mises en œuvre. En somme, à retirer de ces deux cicatrices béantes un retour d’expérience qui soit profitable pour qu’à l’avenir, alors que le changement climatique est à l’œuvre, nous ne soyons plus confrontés à des feux d’une telle ampleur.

Ce retour d’expérience devra prendre acte de la nature différente des deux situations :
- une forêt littorale d’un côté, avec les particularités supplémentaires d’une forêt usagère à La Teste de Buch, et sa proximité avec d’importantes zones habitées et touristiques,
- une forêt de production plus classique dans le plateau des Landes de Gascogne, où les modes de vie et d’exploitation forestière sont fondés sur son histoire et son appropriation par celles et ceux qui y vivent.

Il devra également tenir compte de l’unité profonde de ce massif forestier créé par l’homme pour répondre à des enjeux primordiaux : la fixation des dunes et l’assainissement des zones marécageuses, grâce à l’essence locale la plus adaptée au sol et au climat qu’est le pin maritime.

Le massif forestier des Landes de Gascogne a façonné localement son paysage et sa culture. Il est le socle de l’activité économique du territoire en même temps qu’un patrimoine bâti, naturel et culturel irremplaçable.

Aussi, répondre aux questions de l’après, c’est-à-dire de la montée du risque lié au réchauffement climatique et à l’évolution démographique de nos territoires, c’est bien sûr n’esquiver aucun sujet, mais c’est aussi ne pas perdre la mémoire.

Il faudra prendre acte des paramètres nouveaux qui se sont imposés à nous de façon inéluctable, qui ont contribué à l’ampleur des incendies, et qui témoignent du dérèglement climatique : une température caniculaire, un degré d’hygrométrie excessivement bas, une végétation asséchée par un hiver et un printemps insuffisamment humides, des vents tournants et imprévisibles.

Nous devrons parler du rapport entre urbanisme et forêt, d’organisation de l’espace, des dessertes du massif, de son accessibilité, de replantation et d’entretien forestier, de vulnérabilité à d’autres risques comme les tempêtes.

Nous devrons nous pencher sur la protection incendie, à l’aune de la stratégie développée au fil des jours face à cet épisode climatique particulier. Aborder de façon sincère et objective la question des moyens aériens, de leur localisation sur le plus grand massif de résineux d’Europe, de notre capacité à intervenir à « feu naissant ». Ne pas éluder la question des moyens des SDIS, notamment dans les départements girondin et landais qui, avec des valeurs absolues différentes, constatent un taux de croissance démographique conséquent, alors que la Loi Démocratie et Proximité a bloqué en année 2002 le calcul de leur financement.

Nous devrons effectuer ce travail entre l’État et nos trois départements, mais aussi bien entendu avec l’ensemble des acteurs concernés par le devenir de notre massif et de sa protection : nos SDIS évidemment, mais aussi les représentants des sylviculteurs, des DFCI, du CRPF, du Parc Naturel des Landes de Gascogne, ainsi que la Région, entre autres…

Si nous vous écrivons aujourd’hui, en qualité de Préfète de région, c’est pour solliciter que vous preniez à l’automne le pilotage des « Etats généraux du massif des Landes de Gascogne ». Au delà des sujets évoqués ci-dessus, cet outil de gouvernance que nous appelons de nos voeux pourra également permettre, sous votre autorité, d’activer scientifiques et universitaires afin qu’ils nous apportent un éclairage averti notamment sur les questions climatiques, ou sur les perspectives adaptées de reconstruction de la forêt.

Il nous semble souhaitable que ces États généraux avancent de façon dynamique, en périodicité comme en durée, pour proposer des solutions concrètes permettant en particulier de préparer la saison estivale 2023 dans des conditions sereines."

Jeudi 28 Juillet 2022

Lu 106 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Lundi 1 Août 2022 - 18:10 Faut-il avoir peur des éoliennes?

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune





ET AUSSI...


Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile