Le dossier de l'eau fait des vagues à Agen


Dialogue de sourds au SIAD entre l'administration en charge de l'application des directives européennes et de la loi sur l'eau, et le monde agricole du sud-ouest qui entend pouvoir construire de nouvelles réserves "d'or bleu"


Divergences d'experts

Le dossier de l'eau fait des vagues à Agen
C'est plus qu'un fossé qui sépare le monde agricole de la technocratie en charge de l'application des directives concernant l'usage de l'eau, c'est un océan. On a pu le constater à Agen à l'occasion de ce premier SIAD (Salon International du Bio et de l'Agriculture Durable), et plus précisément au cours de la conférence organisée sur le sujet. Au cours de ces échanges -qui ont parfois fait quelques remous, et qui plongent dans le désarroi des responsables professionnels agricoles- le directeur de l'Office International de l'Eau, Jean-François Donzier, ainsi que Marc Abadie, en charge, lui, de l'Agence de l'Eau Adour-Garonne, se sont montrés aussi fermes que le roc au fond de la rivière quant à la mise en oeuvre du processus de la loi sur l'eau qui, entre diverses contraintes, tend à museler l'irrigation. Autre élément qui s'est dégagé de cette mise en présence de mondes qui ne parlent pas le même langage: les experts divergent à propos de l'évolution du climat et des précipitations Ainsi Jean-François Berthoumieu, directeur scientifique de l'ACMG ( Association Climatologique de la Moyenne Garonne) qui se base essentiellement sur le vécu, préfère évoquer des "hypothèses" de hausse des températures, plutôt que des certitudes. Quant aux chutes de pluie, les statistiques ne révèlent pas à ses yeux, malgré une hausse des températures de deux degrés constatée par l'ACMG, de régression. Au contraire pour Bernard Itier, chercheur à l'INRA qui s'appuie sur la modélisation, le grand sud-ouest va connaître de ,grandes sécheresses et de fortes pénuries d'eau.




Pour une Californie du sud-ouest

Il y a ceux qui abordent le dossier en s'appuyant sur le génie de l'homme qui, espèrent-ils, doit le conduire à faire face, et les autres, ceux qui ne parlent que restrictions, c'est-à-dire fermeture du robinet sans craindre de conséquences économiques. Ce dernier point a paru d'ailleurs le dernier des soucis des "administratifs" participant au débat. Jean-Michel Delmas, ancien président de la FDSEA ne Lot-et-Garonne, au moment des questions, n' a pas craint de dire que l'Aquitaine, pourrait au contraire être placée en face d'une chance extraordinaire, celle de devenir une Californie européenne, si l'ouverture des vannes accompagnait le réchauffement climatique.....En revanche pour Bernard Péré, nouveau conseiller régional, et ami de José Bové, il n'est pas d'autre solution que de conduire l'agriculture vers les économies d'eau, avec si nécessaire des cultures moins exigeantes .. Comme l'a fait ressortir le remarquable exposé de Jean-François Berthoumieu -remarqué d'ailleurs par Erik Orsenna qui assistait à la passe d'armes- la science et la technologie peuvent cependant, comme elles l'ont toujours fait, venir au secours de l'homme. Tout un arsenal de moyens existe maintenant quant à l'utilisation rationnelle et parcimonieuse de l'eau. Il préconise cependant des dispositions globales telles que l'accroissement du rôle du végétal dans la maîtrise de la hausse des températures, ce qui aiderait aussi les villes à vivre mieux. On travaille sur un modèle de PLU végétal en Lot-et-Garonne. "Mais il faudrait stocker davantage d'eau. Nous réfléchissons à un modèle de lac collinaire de seconde génération"souligne JF Berthoumieu.

Réserves:crédits inutilisés

Marc Abadie, directeur de l'Agence de l'EauAdout-Garonne, dit ne pas vouloir la "guerre de l'eau" mais ses propos tendent à la déclencher. Car, pour lui, il n'est pas d'autre possibilité que l'application de la règlementation. Dans ces conditions la marge de liberté dans "la recherche du consensus" qu'il a pourtant évoquée est faible. Et à ceux qui affirment que la création de réserves d'eau n'est pas encouragée il jette que l'Agence "a financé 500 millions de m3 d'eau depuis 25 ans et qu'elle est prête à en financer 100 millions de plus sur l'ensemble du Bassin Adour-Garonne". Cependant, à ses yeux, la zone la plus déficitaire et celle des Charentes... Tout cela fera monter au créneau le président de la chambre d'agriculture de Lot-et-Garonne Michel de Lapeyrière qui rappelle qu'il tombe 4 milliards de M3 d'eau par an, que l'agriculture n'en consomme que 120 millions "et qu'elle aimerait voir comment on la récupère". "Nous ne gaspillons pas l'eau ajoute-t-il, elle nous sert à produire de la nourriture". Jean-Luc Capes, en charge de l'eau à la chambre régionale d'agriculture pose lui la question de savoir "si on fait de la récession ou si on est ambitieux". Il révèle aussi que 8 millions d'€ destinés à l'aide à la construction ne nouvelles réserves ne sont pas consommés. Essentiellement pour cause d'embuches écolo-administratives. Et de citer un exemple concret landais:dans un projet de quatre agriculteurs il était reproché une digue trop abrupte pour pouvoir être gravie par le vison d'Europe... En fin de table ronde, JF Donzier tentera de calmer le débat, mais en rappelant "que c'est la répartition qui va changer" il ne fera que ramener la houle . La profession agricole espère cependant pouvoir s'appuyer sur les récents propos de Nicolas Sarkozy en Lot-et-Garonne pour pouvoir passer outre et tirer l'administration de l'eau de sa réserve...

La fin du débat

Samedi 5 Juin 2010

Lu 1569 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Dimanche 7 Octobre 2018 - 12:16 Tour Alternatiba: arrivée en force à Bayonne

Mardi 25 Septembre 2018 - 12:31 Agriculture:on récupère en Gironde...

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018