Les OGM sont de retour


Les pépiniéristes viticoles condamnent les saccages d'essais à l'INRA de Colmar alors que Greenpeace vise le million de signatures pour obtenir l'initiative citoyenne européenne et un moratoire


Image extraite d'une drôle de vidéo ( fausse manif pro ogm le jour de Nature capitale à Paris-Dailymotion)
Image extraite d'une drôle de vidéo ( fausse manif pro ogm le jour de Nature capitale à Paris-Dailymotion)
Le maïs OGM qui fut à l'origine de la polémique entre pros et antis plantes génétiquement modifiées semble un peu moins aujourd'hui au centre du débat, encore que les écologistes gardent le fameux Mon 810 en ligne de mire. C'est cependant l'extension des manipulations génétiques à la vigne et à la pomme de terre qui relance le bras de fer. Les prises de positions récentes de la Fédération Française de la Pépinière Viticole et la pétition en cours de Greenpeace font ressortir le fossé qui sépare toujours les deux camps.
L' Agence 24 presse diffuse en effet un communiqué de cette organisation et du site collaboratif "lapubestanous" (il a financé une partie du coût de l'opération) qui rappelle que "la Commission européenne a imposé une pomme de terre OGM de l’entreprise BASF à l’Europe. Malgré les doutes sérieux qui subsistent quant à leur impact sur la santé et l’environnement, un nouvel OGM est donc autorisé dans les champs européens et ce, pour la première fois depuis douze ans. Cette décision est préoccupante car la question des cultures OGM en plein champ va se poser à plusieurs reprises cette année."
Et de poursuivre: "En effet, une trentaine de plantes transgéniques sont en attente d’autorisation pour la culture en 2010 et parmi elles le fameux et emblématique maïs MON810 de l’entreprise Monsanto. Enfin, à la fin de l’année 2008, le conseil des ministres de l’environnement européen demandait à la Commission Européenne de réviser et de réformer les procédures d’évaluation et d’autorisation des OGM, notamment en évaluant plus systématiquement les impacts environnementaux des cultures en plein champ. La Commission s’était engagée à effectuer ces réformes."
Les anti-ogm opposent à cela le fait que selon les enquêtes d'opinion, 60% des européens de veulent pas d'OGM. Pour faire barrage Greenpeace a lancé une pétition qui vise à obtenir un moratoire pour toutes les autorisations européennes, et à collecter le million de signatures qui lui permettraient de faire jouer le mécanisme légal de "l'initiative citoyenne européenne", et de déposer une proposition de loi. 760 000 signatures sont déjà recueillies.

Les pépiniéristes "consternés"

Dans le camp opposé la Fédération Française de la Pépinère Viticole qui vient de tenir son assemblée générale à Colmar - et bien que le monde viticole soit, jusqu'à présent, plutôt réservé quant à la manipulation des gènes- n'a pas apprécié le saccage des essais effectués dans cette région. Dans sa prise de position la FFPV évoque le "déplorable incident du 15 août" - la destruction, par 61 « faucheurs » d’une vigne expérimentale de l’INRA de Colmar comportant 70 plants de vignes OGM destinés à la recherche sur les maladies de la vigne." Et d'ajouter: "il va sans dire que la violence et l’inutilité de ce saccage ont soulevé consternation et incompréhension dans toute la profession".
Gilbert JENNY, président de la FFPV déclare « Nous dénonçons fermement la destruction de ces travaux de recherche qui étaient menés en concertation avec des commissions de viticulteurs (dont certains bios), les pouvoirs publics et la société civile et visaient, à un stade fondamental et dans un cadre transparent et maîtrisé, à tester des solutions pour lutter contre le virus du court noué, véritable fléau pour la viticulture française (il infecte 60 % du vignoble !). La recherche, d’une manière générale, est primordiale pour notre filière, et ce sont 7 ans de travail qui viennent d’être anéantis ! »
De son côté le David Amblevert, au nom du Syndicat Gironde Sud Ouest, avec l'approbation de l' ensemble de son bureau précise : « De par sa tradition viticole, la France reste une vitrine aux yeux de la viticulture mondiale. Avec de telles actions, l’image de la recherche fondamentale est ternie .Mais, plus grave, un pays sans recherche est un pays qui régresse face à la concurrence mondiale ! D’autant plus regrettable que c’est en France que se trouvent les meilleurs chercheurs au monde en matière génétique de la vigne…"
De toute évidence le débat n'est pas clos...
Vendredi 10 Septembre 2010

Lu 1303 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Dimanche 7 Octobre 2018 - 12:16 Tour Alternatiba: arrivée en force à Bayonne

Mardi 25 Septembre 2018 - 12:31 Agriculture:on récupère en Gironde...

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018